Article paru dans le journal « La Nouvelle Gazette »

de Charleroi du 29 décembre 1998


La Région

 
Gosselies     Restos du cœur

 
Père Samuel ou père Noël ?

 

 

Le prêtre a réuni une somme de 115.0000 francs pour les restaurants du cœur.


L’échevine de la solidarité Aimée Biernaux ne s’est pas déplacée pour rien hier à la mi-journée en répondant à l’invitation du Père Samuel qui avait des allures de père Noël pour le coup. Celui-ci lui a en effet remis une superbe enveloppe de 115.000 francs (109.000 l’an dernier) destinés à la trésorerie des restaurants du cœur. Mais le Père Samuel ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Comme l’an dernier et l’année précédente encore, il a offert aux restos une camionnette pleine à ras-bord d’aliments non périssables, plus d’une tonne de victuailles.


Bien évidemment, le prêtre n’a pas sorti tout cela de son grand chapeau noir et comme il l’explique c’est à nouveau grâce à la générosité de ses fidèles que tout cela a été rendu possible. Homme de communication comme on ne l’ignore plus à présent, le Père Samuel a profité de cette occasion pour rappeler qu’il figure parmi les exclus pour lesquels ses fidèles et lui travaillent. Sinon pourquoi devraient-ils « célébrer la sainte messe dans une salle de dancing alors que tant d’églises sont vides ? », demande-t-il. « Pourquoi, ajoute-t-il, personne ne s’occupe de nous ? Nous sommes aussi des citoyens de ce royaume, nous travaillons tous pour alléger les souffrances d’autres êtres humains ». Il conclut en déclarant qu’« il faut laisser faire le temps » et appelle « à juger l’arbre à ses fruits ».


Centralisés depuis janvier dernier, les restaurants du cœur carolos (Jumet, Montignies-sur-Sambre et Charleroi) ne font plus qu’un désormais basé rue du Fort, à Charleroi, au « Centre aéré Pol Genot ». Il fonctionnera du 5 janvier au 26 mars, tous les jours de 11h30 à 13h30. Aimée Biernaux souligne que l’accès est entièrement gratuit, l’anonymat absolu est garanti, aucun formulaire à remplir avant de se mettre à table. Au-delà du couvert quotidien, les restos du cœur carolos assurent des interventions sociales (763 cette année), un service douche deux fois par semaine (savon et draps de bain sont fournis) ainsi que les soins d’un coiffeur.

 

 
A.M.

 

To top