L’essence, le fondement de la vérité, c’est Jésus-Christ Notre Seigneur qui déclare, dans l’évangile selon saint Jean (14, 6) : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Personne ne peut aller à Dieu le Père, sans passer par moi. »

Dans le même évangile (18, 37), Jésus proclamait, en réponse à Ponce Pilate : « Voici pourquoi je suis né, et voici pourquoi je suis venu dans le monde : pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. »

Voltaire lui-même, philosophe et franc-maçon français († 1778), reconnaissait que la vérité vient du ciel, c’est-à-dire de Dieu, et que l’erreur vient de la terre, c’est-à-dire des hommes. Au sujet de la vérité, Voltaire avait aussi une parole que j’aime citer régulièrement : « Aime la vérité, mais pardonne à l’erreur. »

Selon le philosophe chrétien saint Albert le Grand († 1280) « Deux choses doivent nous pousser à aimer la vérité : la première, c’est que Jésus-Christ est la vérité ; la seconde, c’est que la vérité en soi est toujours aimable. »

Malheureusement, la vérité a de nombreux adversaires car elle dérange. Pourtant, même si elle dérange et même si parfois elle blesse, la vérité guérit. Lactance († 325), philosophe latin converti au christianisme, avait raison de faire aux hommes cette sage recommandation : « Que l’homme garde partout la vérité : elle n’est peut-être pas agréable pour le moment présent ; mais lorsque ses fruits se seront montrés et que son utilité aura paru, alors elle ne fera pas naître la haine, mais l’amour. »

Selon l’apôtre saint Paul (2ème épître à Timothée 3, v.2), « ceux qui résistent à la vérité sont des hommes corrompus dans l’esprit. » Saint Augustin († 430) pense la même chose quand il dit que « le cœur ne peut pas comprendre la vérité, s’il n’est pas libre de vices. »

Par conséquent, l’homme vicieux ne peut pas aimer la vérité car pour lui, la vérité est amère et le vice est agréable. Nous devons aimer tous les êtres humains, mais pas leurs vices, nous devons aimer les pécheurs mais pas leurs péchés et nous devons proclamer la vérité, même si elle choque, même si elle dérange.

Je suis entièrement d’accord avec le philosophe chrétien Tertullien († 225) quand il dit que « la vérité ne rougit de rien, sinon d’être cachée. » C’est pourquoi j’ai repris comme une devise cette pensée du célèbre homme politique français Jean Jaurès († 1914) : « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire. »

 

Père Samuel,  

prêtre catholique

To top