Patron de l’église de Montignies-sur-Sambre, saint Antoine de Padoue a été fêté par le Père Samuel et ses fidèles, lors de la messe dominicale du 20 juin 2010 (et non le 13, jour de la fête du Saint, pour cause d’élections fédérales).

 

 

Qui est saint Antoine ?

Religieux franciscain né à Lisbonne (Portugal, 1195) et mort à Padoue (Italie, 1231) à l’âge de 36 ans, saint Antoine a été canonisé un an seulement après sa mort par Grégoire IX (178ème pape, 1227-1241) tant sa sainteté était manifeste de son vivant. Prédicateur zélé et infatigable mais aussi écrivain ecclésiastique de premier plan, saint Antoine, qui a été proclamé docteur de l’Église par Pie XII (260ème pape, 1939-1958), demeure l’un des saints les plus populaires dans le monde. À l’occasion de cette fête, le Père Samuel a organisé une distribution gratuite de médailles à l’effigie de saint Antoine ainsi que de lys, fleur symbolisant la pureté et avec laquelle on représente généralement saint Antoine de Padoue.

Une journaliste perturbe la cérémonie

La cérémonie du 20 juin, dont on peut suivre les grands moments dans les vidéos ci-dessous, a été quelque peu perturbée par l’irruption, dans l’église, d’Éléonore Duplay, journaliste française qui était déjà venue interroger le Père une première fois, en février 2010, et avait révélé toute sa malhonnêteté en prenant fait et cause pour les calomniateurs du Père dans un reportage qu’elle avait réalisé pour le journal télévisé de France 3 Nord-Pas-de-Calais.

Depuis lors, cette journaliste ne cessait de harceler le Père par téléphone, jusqu’à quinze appels en une matinée, afin d’obtenir une nouvelle interview, n’hésitant pas à masquer son numéro pour que le Père continue à lui répondre. Le Père Samuel, pour sa part, n’a cessé de lui dire qu’il n’avait plus confiance en ces journalistes qui, influencés par leur parti pris et leurs préjugés, déforment la réalité avec leurs montages.

N’arrivant pas à obtenir de renseignements par téléphone aussi bien de la part du Père Samuel que de ses avocats, la journaliste est arrivée à l’improviste, dimanche 20 juin, devant l’église avec un caméraman, sans aucune invitation ni autorisation de la part du Père. Peu avant que la messe ne commence, elle est entrée seule, dans l’église, munie d’un sac à main dans lequel elle avait dissimulé un appareil d’enregistrement.

À la fin de la messe, comme on peut le voir dans la dernière vidéo, elle s’est même dirigée vers le Père pour le harceler encore une fois de questions auxquelles le Père n’a pas répondu, répétant simplement qu’il n’avait plus confiance aux journalistes. Il faut également savoir que la journaliste Éléonore Duplay est restée dans l’église durant toute la messe et a poussé la ruse jusqu’à venir prendre la communion ainsi que le pain et le sel bénits.
 

 

 

To top