Headline title

You can write any description here or delete if you dont want to use this


 

 

À propos de la religion chrétienne…

 

 

 

« À ceux qui ont de la répugnance pour la religion, il faut commencer par leur montrer qu’elle n’est point contraire à la raison ; ensuite qu’elle est vénérable, et en donner respect ; après, la rendre aimable et faire souhaiter qu’elle fût vraie ; et, puis, montrer par les œuvres incontestables qu’elle est vraie ; faire voir son antiquité et sa sainteté par sa grandeur et son élévation ».
(Blaise Pascal † 1662).

 

 

 

« Le Christianisme est parfait : les hommes sont imparfaits. Or, une conséquence parfaite ne peut sortir d’un principe imparfait. Le christianisme n’est donc pas venu des hommes, il ne peut être que de Dieu. S’il est venu de Dieu, les hommes n’ont pas pu le connaître que par révélation. Donc, le christianisme est une religion révélée ».
(Chateaubriand † 1848 : « Le Génie du christianisme »).

 

 

 

« L’expérience démontre que l’homme ne peut être vertueux sans la religion ».
(Jean-Jacques Rousseau † 1778).

 

Voici ce que le président des États-Unis Harry S. Truman (de 1945 à 1953), décédé en 1972 pensait de la religion et des Droits de l’Homme :
 
L’HOMME A BESOIN DE RELIGION COMME DE PAIN

 

Une allocution du Président Truman

 

 

 

Dans une allocution radiodiffusée consacrée à la « religion dans la vie américaine », le président Truman a exhorté, lundi, tous les Américains à participer activement à la vie de la communauté religieuse à laquelle ils appartiennent, affirmant notamment que « tous les problèmes mondiaux pourraient être résolus, si les hommes vivaient les principes religieux ».

 

« Mais, a ajouté le président Truman, de même qu’il faut travailler pour la liberté, il faut travailler pour la religion. La religion ne saurait être une force vivante si les hommes n’appliquaient pas les principes de la foi dans la vie quotidienne ».

Après avoir déclaré que « la principale source de force des États-Unis est spirituelle », le président Truman a poursuivi :

« Nous croyons à la dignité de l’homme. Nous croyons qu’il a été créé à l’image de Dieu, qui est notre père à tous. C’est à cause de cette croyance que nous voulons que tous les citoyens aient des droits égaux et des possibilités égales d’accroître leur savoir et leurs capacités, et de participer aux affaires du pays ».

« C’est cette foi également qui nous incite à travailler pour un monde où la vie soit digne d’être vécue, pour un monde de tolérance, de générosité et de fraternité, pour un monde qui vive suivant les préceptes du Sermon sur la Montagne ».

Le président Truman a raison : sans Dieu et sans religion, il n’y a pas de civilisation ni de véritable bonheur, car la religion est le bien de l’État. Si on affaiblit la religion, on affaiblit l’État même.
 

 
 

To top