Headline title

You can write any description here or delete if you dont want to use this

 

Témoignages de fidèles de toutes parts en faveur du
Révérend Père Samuel

-Guérisons-

 

 

« Ces blessures qu’un seul être au monde,

celui qui les a faites, pourrait guérir… »   

 

 (François Mauriac) 

 

Les nombreux témoignages qui suivent, parlent de guérison du corps. Mais, dans chaque corps est lové une âme. Guérison du corps et guérison de l’âme ne sont-elles pas intimement liées ?

 

Émerveillement 

 

Bien que vous m’ayez sauvée d’une maladie incurable, je reste émerveillée par tous les miracles que vous faites autour de vous et notamment les guérisons miraculeuses qui sont si spectaculaires. Vous m’avez guérie, après douze ans de souffrances morales et corporelles, par l’imposition de vos saintes mains et par vos prières. Vous m’avez véritablement sauvé la vie le 21 mars 1995 : c’est une date qui restera gravée dans ma mémoire. Je n’ai pas assez de ma vie pour vous dire merci. 

 

Merci, aussi, mille fois de votre visite spontanée rendue à mes deux beaux-frères, José et René, dans les hôpitaux de Verviers. Ils ont été ravis de vous connaître et de recevoir vos bénédictions avec l’huile des malades et le saint Chrême. Et, grâce à vous, ils ont été immédiatement guéris et soulagés de leurs douleurs.  

 

Vous êtes si bon, si simple, si démocrate et tolérant, si miséricordieux, si parfait, vous êtes unique, vous êtes notre seul ami. Ma famille et moi-même avons une totale confiance en vous. Vous nous avez régénérés dans la vraie foi. En vous, nous voyons la vraie lumière du monde.  

 

Vous êtes exactement comme Jésus, j’en suis convaincue. Depuis que ma famille et moi vous connaissons, notre foi s’est fortifiée et nous sommes transformés… en bien ! 

 

Nous rayonnons de lumière et de joie, de force et de bonheur. Nous sommes si bien à votre saint messe et comme il nous est agréable de lire votre livre « La Sainte Messe catholique ».  

 

Les brebis égarées sont maintenant remises sur les rails.  

 

J’ai eu une dépression nerveuse durant neuf ans. Je ne croyais plus en voir la fin, comme si j’étais dans un tunnel noir sans issue. C’est, comme si j’étais dans une trémie. À présent, je vois la lumière et le soleil grâce à vous. C’est une immense joie que j’attendais depuis neuf ans.  

 

Mes démons ont été chassés, vous m’avez enlevé le stress, la tension nerveuse, mes horribles angoisses, mes peurs, mes culpabilités. Depuis le 21 mars 1995, je suis guérie. C’est une date clef pour moi, pour mon mari et notre fille. 

  

Il n’y a aucun prêtre comme vous sur cette terre, si humain, si pur, si juste, si vrai, si guérisseur, exorciste, voyant, qui respecte vraiment l’image de Dieu.  

 

Vous êtes totalement disponible, patient, vous êtes vraiment comme Jésus. Nous sommes fiers de vous connaître. J’ai envie de crier votre nom sur tous les toits pour annoncer la bonne nouvelle…   

 

Baronne Brigitte Duesberg de la Morinerie, Andrimont.  

 

Soulagement  

 

Le Père Samuel exerce un dévouement continu, un sacerdoce symbolisant une foi indicible, c’est-à-dire, l’image d’un Saint homme qui reflète la piété profonde, une simplicité remarquable, un physique si serein et une source de réconfort inouï, tel un lac tranquille dont les eaux continues jaillissent limpides du fond le plus pur de l’esprit.  

 

Il soulage inlassablement son prochain, sans distinction et bénévolement, affichant un altruisme extraordinaire, tout en mobilisant la force de la foi, porteuse de bien-être, à l’heure où les humains, aux détours sinueux, férus de perversité, sabotent la loyauté.  

 

Charles Nitelet, Waterloo. 

 

Guérison divine   

C’est avec reconnaissance et une profonde gratitude que je vous écris pour vous remercier d’avoir été mon intermédiaire auprès de Dieu pour recevoir la guérison divine.   

 

Lorsque je me suis présenté chez vous le 7 avril 1997, j’étais atteint d’une tumeur et d’un gonflement intérieur du larynx, d’une œsophagite de reflux ainsi que d’un début de la maladie de Parkinson.   

 

Depuis votre imposition des mains et vos prières pour ma guérison, je sens une amélioration sensible concernant mon œsophagite de reflux. En effet, je mange plus, de meilleur appétit et digère facilement sans prise de médicaments. 

 

Aussi, je ne doute pas, qu’après une nouvelle intervention spirituelle de votre part, il en sera de même pour ma voix, mes tremblements.   Je vous dédie mon cantique à Jésus, vous qui appliquez si bien l’Évangile.  

 

 

Ô doux Jésus, je sais que sur la terre,

Tu es venu pour mourir pour moi.

Le cœur ému, je revois ton calvaire

Et en esprit, je contemple ta croix.  

Refrain  

Grâce infinie,Tu es plus que ma vie.

Jésus je t’aime,Mon cœur s’attache à toi.

Aussi, je veux t’offrir ce poème,

Car sur la croix, tu t’es offert pour moi.

Ô doux Jésus, accepte mon offrande,

Et que sur elle un feu nouveau s’allume.Que ton esprit, 

Seigneur, sur moi descende

Et qu’en mon cœur, pour toi je me consume.  

Ô doux Jésus, couvre-moi de ton aile,

Enseigne-moi la façon de prier.

Avec ferveur, je veux Seigneur fidèle,

Chanter ton nom, à jamais te louer. 

Refrain   

 

 

 

 Jean-Pierre Nélis, Bruxelles.

 

Avec confiance 

 

Je viens, en ce grand jour de la fête des pères, vous qui êtes le père de tous les chrétiens, vous remercier de toutes vos prières pour ma guérison, car sans vous je ne serais peut-être plus de ce monde.   

 

Ici, à l’hôpital Saint-Luc de Bruxelles, les professeurs et le personnel médical sont perplexes de voir mes progrès et n’y comprennent rien, surtout que j’avais deux hémorragies cérébrales, le rocher gauche derrière l’oreille cassé, le sinus cassé, du sang dans la moelle épinière, une commotion cérébrale, l’omoplate cassée, les poumons comprimés et perforés par trois côtes cassées et une fracture à la jambe gauche.  

 

Je ne sais pas encore écrire ni marcher, mais tous mes membres bougent. Je vois, j’entends et j’ai tous mes esprits.  Mais je vais guérir, car vous l’avez dit lors de votre visite à mon chevet à l’hôpital.  

 

Mes parents et moi avons confiance, mon papa et ma maman me parlent souvent de vous à tel point que j’ai rêvé du Père Samuel.   Dès que possible, je compte bien venir vous visiter et assister à votre messe afin de recevoir votre bénédiction et la communion : ce n’est pas parce que je serai guéri, que je n’aurai plus besoin du Père Samuel !  

 

Pascal, fils de Daniel.  

 

Forte, gaie et rajeunie   

 

J’étais à l’hôpital Vésale pour une profonde dépression, mais la médecine n’a pu m’aider efficacement. Aussi, mon psychologue, le Dr U., m’a envoyée chez vous. Depuis lors, je suis complètement guérie. Je me sens forte, gaie et rajeunie.  

 

Renée Picron, Erquelinnes.

 

Que de changements !

 

Que de changements depuis que nous vous connaissons ! Vous nous avez sauvés !

 

Mon épouse était au plus mal, au point que les docteurs voulaient l’interner parce qu’elle entendait des bruits dans la maison. Ses ongles pourrissaient, ses doigts étaient remplis d’inflammation, elle ne dormait plus…

 

Vous avez béni notre maison, chassé les démons et enlevé le mal. Tout de suite, mon épouse s’est sentie beaucoup mieux.  

 

Vous nous avez rendu courage, force et santé. Notre fille a retrouvé le calme, car elle était très inquiète pour sa maman. Moi, je ne suis plus le même : je ne fume plus et je suis également beaucoup plus calme.

 

Nous prions beaucoup et assistons à votre messe : c’est long une semaine sans vous rencontrer !  

 

Famille Veny, Waterloo.

 

Dons spirituels exceptionnels

 

Loué soit le Seigneur de nous avoir accordé la grâce de vous rencontrer et de vous connaître.  

 

Vos dons spirituels exceptionnels de par l’intégrité de votre ministère, ont permis à mon fils Mario de lui garder la vie sauve. 

 

 En effet, les pronostics le condamnaient pour 95 % au trépas, et ses chances de survie réduites à 5 % lui prévoyaient une vie de handicapé.  

 

Imaginez mes angoisses de mère, la douleur de son épouse et de ses filles ainsi que l’affliction de tous ses proches…  

 

Vous m’avez toujours soutenue en me répondant inlassablement de jour comme de nuit, que Mario serait sauvé à 100 %.  Ainsi, quand mon fils s’est réveillé, il a demandé avec insistance des prières, il a même ressenti votre présence à ses côtés.Comme Notre Seigneur Jésus-Christ, une force émane de vous et nous guérit corps et âme. 

 

Infiniment merci pour votre indéfectible charisme… qui nous a valu le miracle de la survie de mon fils Mario.  Merci, également, à tous les fidèles qui, par leur dévotion et différents témoignages de sympathie, nous ont aidés à traverser cette éprouvante expérience.   

 

Dora, maman de Mario, Montigny-le-Tilleul.   

 

Comme la Lumière dans les ténèbres

 

Les mots me manquent pour vous dire ma reconnaissance pour tout ce que vous faites pour mon papa. À plusieurs reprises, et aux moments les plus critiques de sa vie et de son état mental, vous étiez là, comme la Lumière dans les ténèbres et vous lui avez redonné vie.

 

Je reviens de l’hôpital, mon papa est calme et beaucoup plus serein.

 

Il y a trois ans, je me posais la question : « Comment reconnaître le Berger et Sa Voix parmi toutes ces voix ? ».

 

Quand j’ai reçu la chance de vous rencontrer, peu de temps après, j’avais la réponse à ma question, c’était vous !

 

Vous êtes notre source de vie et notre Lumière, vous nous donnez tellement : Paix, sérénité, consolation, force, santé et tout ce que nous ne savons pas.  

 

Il y a plus de 40 ans, que je n’avais assisté à une messe de Noël, la vôtre m’a tant apporté : paix, sérénité, réconciliation.Merci d’être le rocher vers lequel nous pouvons tendre quand il y a tempête, quand nous nous perdons.

 

Vous êtes notre Chemin et notre Vérité.    

 

Maire-Louise van Doorslaer, Bruxelles. 

 

Un magnifique dimanche  

 

J’ai passé un dimanche magnifique, ce 4 décembre 1994, à la Salle du Congrès à Bruxelles. Comme on était bien ! Tout a été parfait : votre homélie, la Sainte Messe, que j’ai pu suivre sans avoir mal au dos, et ensuite, tous venant vers vous pour recevoir un peu plus de ce bien-être que vous savez nous donner.  

 

Je vous ai dit que j’avais un abcès dentaire, vous y avez posé votre main et avez prié : l’abcès a disparu quelques heures plus tard !Ah ! Si tous les prêtres étaient comme vous, la face de la terre pourrait changer. Pourquoi y en a-t-il si peu ?  

 

Régine Maniago, Charleroi.

 

En douze minutes…

 

Ce 3 octobre 1993, à minuit cinquante, j’ai été pris d’une crise de tachycardie. Malgré la prise de médicaments adéquats, une heure après le début de cette crise, il n’y avait pas d’amélioration.

 

À mon insu, mon épouse vous téléphona et vous avez donné vos instructions pour me déplacer dans le lit. Vous lui avez dit que dans 12 minutes la crise serait terminée. Celle-ci s’est terminée un quart d’heure après que mon épouse ait pris contact avec vous !

 

J’avais perdu la pratique de la foi, et ce, depuis plusieurs années, car la célébration de la messe dans mon village ne correspondait plus à l’éducation religieuse que j’avais reçue dans mon enfance, que j’avais pratiquée depuis l’âge adulte.

 

À présent, je me rends régulièrement, en compagnie de mon épouse, à votre messe du dimanche, car l’office que nous suivons reprend tout ce que nous avions connu dans notre jeunesse. Vos sermons nous confortent dans notre foi en Dieu et en ses bienfaits.

 

Claude Gérard, Villers-la-Ville.  

 

 Un miracle…

 

Je suis très heureuse, aujourd’hui ! Je suis venue chez vous, car une amie thaïlandaise était atteinte d’un cancer aux intestins, les métastases attaquant un poumon.

 

Elle est venue chez vous, et vous lui avez imposé les mains avant de la bénir. Vous avez dit qu’elle guérirait à 100 %. 

 

Ensuite, nous sommes allées ensemble à votre conférence à Marcinelle, et puis elle a reçu l’onction des malades, la sainte communion, la bénédiction et une nouvelle imposition de vos mains. Elle ressentait déjà un bienfait. Il faut dire qu’elle avait une grande foi en vous et qu’elle priait avec confiance.

 

Il y a une semaine, mon amie a repassé un scanner, des radios des poumons, une échographie : le Dr C. de Charleroi l’a confirmé, tout était redevenu normal ! Il n’y avait plus la moindre trace de cancer. Le médecin a dit : « On croirait presque à un miracle ! »   Voici donc, la bonne et heureuse nouvelle que je tenais à vous annoncer moi-même !   

 

 Paulette Cabaraux, Mont-sur-Marchienne.

 

Nos amis les animaux  

 

Je vous écris pour vous remercier pour mon petit chien. Je vous ai téléphoné cette nuit, car Joddy, que vous avez sauvé d’hémorragies importantes il y a trois mois, s’était sauvé de la maison. Nous l’avons cherché dans Hautmont, en vain.

 

Après vous avoir téléphoné et avoir repris confiance, Joddy est revenu seul à la maison, une trentaine de minutes après mon appel téléphonique.

 

Ghislaine, Hautmont (France).  

 

Amélioration quotidienne

 

Il y a presque dix mois que nous avons l’immense honneur de vous connaître et grâce à vous, notre vie ne fait que s’améliorer de jour en jour.J’ai même arrêté de fumer : qui l’aurait cru ?  

 

Roger Brohet (et Marie-Ange Clément), La Hestre. 

 

Une vie changée

 

J’ai été vous voir en Belgique, le 4 octobre, et depuis ce moment, ma vie a complètement changé. Je ne me reconnais plus !Je vous remercie car, grâce à vous, je suis devenue la personne que je voulais être. Merci d’avoir exaucé mes prières.Vous m’avez guérie de trois ulcères à la jambe et de maux de tête.  

 

Fabiana Cau, Borore (Italie). 

 

Une mort « reportée… »

 

Je suis venu, une nuit, chez vous à Gosselies, en compagnie du gentil docteur D., et je vous ai parlé de la leucémie aiguë de ma mère qui vit en Espagne. Vous m’avez dit : « Je vais prier pour votre mère… » … et ma mère, qui était à l’agonie, alla mieux et est même rentrée à la maison ! Néanmoins, à la Noël, ma mère eut une rechute suite à une émotion et a dû être admise aux urgences de l’hôpital de Vigo. Un médecin est venu m’annoncer qu’il lui restait seulement quelques heures à vivre et que je devais faire appel à un prêtre pour lui donner l’extrême-onction. Ce fût fait, comme appel fût fait aux pompes funèbres…

 

Mais, je vous ai téléphoné pour vous raconter tous ces moments difficiles. Alors, que je vous demandais de prier pour elle, vous m’avez dit : « Pas de tracas ! Votre mère ne part pas. C’est juste une émotion, mais je prie pour elle ».

 

Eh bien, malgré le diagnostic prononcé par les plus grands spécialistes, maman est rentrée chez elle !Aussitôt, elle dit : « C’est le Père Samuel qui m’a sauvée ».

 

Moi, je suis convaincu que c’est la vérité et je ne sais pas comment vous exprimer mon remerciement profond. Je n’ai jamais rencontré d’être aussi exceptionnel que vous !   

 

Luis De Kevhen Godinho, Bruxelles.

 

Confiance et sérénité

 

Vous seul m’avez enfin libérée de la magie noire que je subissais depuis plus de vingt ans. La joie, la confiance et la sérénité qui en découlent sont immenses. Je me demande si vous pouvez l’imaginer tellement la souffrance subie était indescriptible.

 

Aussi, je vous remercie de tout mon cœur ainsi que Dieu qui vous a guidé, comme il vous guide pour les autres personnes qui sollicitent vos guérisons de toutes sortes.  

 

Germaine Nys, Bruxelles. 

 

Espoir et guérison

 

Voici trois ans que je souffre d’un cancer inguérissable. Lorsque je l’ai appris, j’en ai fait une forte dépression au point de faire n’importe quelle bêtise.

 

Il y a plus d’un an, on m’a fait connaître le Père Samuel à qui je me suis confiée. Lui seul m’a redonné l’espoir et le goût de vivre et il m’a guérie.

 

De plus, grâce à vous, j’ai retrouvé la Foi que j’avais perdue il y a longtemps.  

 

Adrienne Buvé, Pont de Loup. 

 

Une vie changée

 

Depuis 3 ans que je vous connais, vous m’avez redonné confiance, j’ai retrouvé la foi, la force qui me manquait, ma vie a vraiment changé.

 

Vous êtes présent à chaque fois que l’on a besoin de vous, vous m’avez apporté énergie et soutien.

 

Il y a deux ans, vous m’avez guéri d’un cancer à la gorge par l’imposition de vos mains sur mon cou, vos prières et votre bénédiction. Et, voici peu de temps, ma femme a remarché normalement grâce à votre pouvoir.

 

Je vous remercie infiniment : vous êtes l’envoyé de Dieu et notre sauveur.    

 

Raymond Pannekoeke, Trazegnies.

 

Heureuse

 

Je suis heureuse de vous faire savoir que le mal dont je souffrais si fort à la hanche, a totalement disparu.Je vous remercie de tout mon cœur d’avoir bien voulu intercéder pour moi auprès de Jésus.  

 

Suzanne (la vieille de 82 ans), Marcinelle.

 

Quiétude

 

La plus grande joie de ma vie a été de vous avoir connu.  

 

En janvier 1994, j’avais de violentes douleurs au ventre. Face à ce mal, les médecins s’avouaient impuissants. Mais, vous avez triomphé de ce mal avec l’aide de Dieu. Je me suis sentie rénovée, tant moralement que physiquement. Vous apportez une telle quiétude que, dès votre présence, on ne quitterait pas votre demeure !

 

Ma conviction est que vous êtes l’homme le meilleur au monde, tant vous faites le bien autour de vous. C’est bien dommage que tant de jeunes perdent leur temps chez eux, alors qu’il y a tant de bonheur à trouver près de vous !   

 

Jeannine, Courcelles.  

 

Le vrai sens de la foi en Dieu

 

Vous protégez, sauvez et guérissez vos fidèles en vous donnant jusqu’à l’épuisement.

 

Je suis croyante et j’ai toujours gardé la foi en Dieu, mais lorsque j’ai fait votre connaissance, que j’ai assisté à vos messes, écouté vos homélies, j’ai compris le vrai sens de la foi en Dieu.

 

Vous avez guéri ma sœur de son diabète, et vous m’avez sauvé la vie à deux reprises en cinq jours.Dernièrement, je vous ai appelé par téléphone à 4 heures du matin, et vous m’avez aidée et protégée…  

 

Nelly, Florennes.

   

Un miracle !

 

Je suis très heureuse de pouvoir vous remercier pour la guérison que j’ai reçue, lors de mon pèlerinage à votre conférence à Braine-L’Alleud.

 

Nous qui demandions un miracle, nous l’avons reçu !

 

Dieu nous a envoyé son apôtre pour nous tendre la main, nous conduire et nous sauver : vous !

 

Eva Welter, Carnières. 

 

Procès gagné !

 

Grâce à vos bonnes prières, nous avons gagné le procès au sujet duquel je vous avais téléphoné l’autre jour et qui durait depuis près de trois ans ! Je vous remercie vivement pour votre intervention.

  

Philippe Otlet, Obaix.

  

 

Opération réussie

 

Par ces quelques mots, nous tenons à vous remercier d’avoir pris en main, par vos prières, notre maman, Anna Delisse, 90 ans, qui a subi une très grave opération gynécologique. Selon les médecins de la clinique de Braine-L’Alleud, elle n’avait plus que deux jours à vivre.

 

Elle a été bien soignée, sans aucun problème, sans fièvre, sans inflammation : les médecins en sont stupéfaits !  

 

Famille Collet, La Hulpe.

  

À l’étonnement du médecin

 

Étant dans un état dépressif et allant très mal, je me suis rendue chez vous et, après cette visite, je me suis sentie de mieux en mieux, d’où l’étonnement de mon médecin.Un grand merci de m’avoir sortie de cette dépression ! 

  

Monique Verelst, La Hestre.

  

Une aide céleste

 

Sans vous, c’était la mort ! Grâce à votre soutien et à votre aide céleste, je suis venu à bout de tous mes tourments.

 

  

Jean-marie Mercier, Pont-à-Celles. 
 

 

Espérance et foi profonde

 

Avant de vous rencontrer, je me trouvais à ce point malade, découragée, désespérée, sans but ni motivation ; ma vie spirituelle était totalement déviée, ne possédait aucune base, aucun fondement, était, en résumé, inexistante.

 

Maintenant, j’éprouve la joie du naufragé recueilli à temps, je vis sous un nouveau jour, je suis guérie, je me sens plus paisible, plus sereine et surtout moins inutile et ignorante.

 

Je suis honorée et fière de vous côtoyer et tellement heureuse de vous dire que ma vie a complètement changé à tout point de vue depuis que je vous rencontre..

 

Grâce à votre sagesse et à votre vertu de prêtre, j’ai retrouvé le Christ et l’Évangile, vous m’avez donné la foi profonde et l’espérance. Vous m’avez appris l’essentiel : le Christ est la Voie, la Vérité, la Vie, nul ne va au Père sans passer par Lui.  

 

Je suis de plus en plus fascinée par la sainteté rayonnante de votre âme apostolique, et votre vie, mon Père, est un sacrifice perpétuel et ce que vous faites, vous le faites dans la plénitude comme votre divin modèle, le Christ. 

 

Comme le Christ, vous êtes humble, chaste, zélé, patient, charitable, vous vivez de plain-pied avec le surnaturel, et vous possédez le pouvoir étonnant de guérir les corps, mais surtout de guérir les âmes.  

 

Je vous remercie de m’avoir guérie, éclairée, guidée, consolée, relevée maintes fois et encouragée, vous m’avez sauvée physiquement et surtout spirituellement.

 

Désormais, je suis fière d’être chrétienne et je rends grâce à Dieu de vous avoir placé sur mon chemin. 

 

 

Nadine Ansari, Malonne.  

 

Goût à la vie

 

Vous m’avez rendu le goût de vivre, chose qui, pour moi, avait été abolie, il y a près de dix-huit ans, suite à des séquelles dues à une opération à la colonne vertébrale.

 

Je vous ai rendu visite et vous m’avez convaincu de ne pas me précipiter -ce que j’allais faire !- pour subir une deuxième opération du même type.

 

Comme vous aviez raison : j’ai consulté plusieurs spécialistes qui, à l’unanimité, ont qualifié cette intervention d’inutile. De plus, de petits ulcères à l’estomac disparaissent…

 

Depuis lors, la dépression de mon épouse s’atténue et l’atmosphère est plus détendue chez nous.Tout ce que vous aviez prédit se réalise donc lentement, mais sûrement. 

 

 

Yvan Delongueville (et Sonia Germaine), Wanfercée-Baulet. 
 

 

Retrouver la foi

 

Je viens vous remercier de m’avoir fait retrouver la foi, ainsi que pour l’aide que vous m’apportez pour surmonter mon épreuve.

 

Vous êtes plus qu’un prêtre, vous êtes un saint ! S’il y avait plus de pères Samuel sur terre, je crois que les hommes retrouveraient le foi. Il est vraiment dommage que certains s’acharnent sur celui qui fait du bien, et que l’on protège ceux qui font le mal…  

 

 

Élise.

 

Encore un miracle !

 

Grand merci à vous, pour votre intervention auprès de Dieu, en faveur de mon épouse Victorina, souffrant d’un cancer ovarien depuis 4 ans. Condamnée, il y a un peu plus d’un an, par le chirurgien de l’hôpital Sainte-Thérèse de Montignies-sur-Sambre, ainsi que par d’autres médecins…, une seconde intervention chirurgicale fut effectuée, il y a un peu moins d’un an, à l’Institut Bordet à Bruxelles.

 

Mon épouse était entre la vie et la mort, mais, ce fut un miracle, car l’opération fut une réussite. Aujourd’hui, Victorina vit toujours, sous contrôle de l’Institut et le vôtre. Elle remonte la pente, lentement mais sûrement, après avoir enduré des séances de chimiothérapie. 

 

 

 

Famille Vicky Tchals, Châtelineau.

 

Guérisons et bonheur

 

Le bonheur s’est à nouveau installé dans notre famille.

 

En effet, Dora, ma belle-mère est guérie de sa grosse dépression et de sa solitude. Mario, mon beau-frère, a guéri miraculeusement.

 

J’attends un troisième enfant, un troisième miracle de la vie, en somme. Nous aimerions que vous baptisiez nos trois enfants, car nous avons confiance en vous.

 

Veuillez aussi protéger mon mari, courageux, si bon, mais dont trop de gens profitent.Grâce à la confiance que j’ai en vous, nous commençons à comprendre le sens de la vie spirituelle.

 

Nous en sommes très heureux.

  

Christine, Montigny-le-Tilleul.

 

Devenir un bon apôtre 

  

Depuis un an que je suis venu à votre messe, j’ai beaucoup changé, je ne bois plus. J’ai même ressenti quelque chose d’étrange en moi…

 

Je voudrais devenir un bon apôtre pour répercuter la bonne parole de Dieu aux malades et aux handicapés qui en ont tant besoin. Hélas, trop de gens ne croient plus en Dieu… 

 

 

Édouard Decock, Bruxelles.

 

Un heureux retour

 

Mon mari était envoûté depuis un mois. Hier, ce fut une grande surprise : il m’a téléphoné et est rentré à la maison.Grâce à votre pouvoir et aux prières (j’ai assisté à trois de vos saintes messes), le retour inattendu de mon mari me comble de joie.

 

Je ne trouve pas les mots pour vous exprimer ma gratitude.  

 

 

Laurence, Hornu.

 

Que d’éloges !

 

J’affirme être l’un des heureux bénéficiaires du pouvoir de guérison attribué aux apôtres et aux vrais prêtres comme vous. En effet, lors d’un accident de travail, le 29 juillet 1979, j’eus le bassin fracturé convalescence à l’aide de béquilles.

 

Mais, en 1990, mon état s’aggrava soudainement.

 

Une décalcification généralisée se déclara, un lombostat étant nécessaire pour soutenir mes côtes. Je dus, aussi, reprendre mes béquilles. Tout mon être s’affaiblissait et mon caractère s’aigrissait.

 

Puis, ce fut le 8 juin 1991, à l’Ascension, que vous êtes venu bénir ma maison et me délivrer de mes maux internes et apparents. Quel soulagement !

 

Dis jours plus tard, mes béquilles devinrent inutiles, mes remèdes furent bannis et, après deux années, j’ai pu retirer mon lombostat..

 

Je pus, à nouveau, effectuer des travaux lourds comme porter des sacs de 50 kilos par exemple !

 

J’ajoute que, grâce à votre incessante intercession auprès de Notre Seigneur, de la Sainte Vierge et de tous les saints, grâce à vos éminentes vertus, vous avez aussi favorisé notre réconciliation avec deux de nos quatre enfants.

 

Que d’éloges ne devons-nous pas vous formuler ! À l’imitation de Jésus-Christ, votre zèle nous embrase : vous nous guérissez physiquement, moralement et spirituellement.

 

Dernièrement, je vous ai à nouveau consulté pour des migraines infernales : depuis quinze jours, elles ont totalement disparu et cela sans le moindre traitement.

 

Notre famille a en outre, été victime de magie noire. J’avoue avoir crié la nuit, toujours à la même heure, et, d’une voix déformée, j’effrayais les miens.

 

Ici aussi, vous avez agi en chassant de mon corps et de mon esprit ces épouvantables cauchemars.

 

Veuillez recevoir mes plus vifs remerciements, ainsi que ceux de mon épouse Lucie et de mes enfants, pour tous les bienfaits que vous nous avez accordés gratuitement.

 

 

Georges Lacassaigne, Gosselies.

 

Magie noire

 

J’ai fait l’objet d’un cas terrible de magie noire, dont les symptômes duraient depuis des années, mais dont je n’arrivais pas à déceler la source. Après avoir mis mon téléphone sur écoute, je commençais à comprendre.

 

On me téléphonait trois fois de suite, trois jours de suite, et l’on recommençait après un intervalle de trois ou neuf jours. On me chantait des chants funèbres tibétains, mais, si une autre personne que moi décrochait le combiné, on raccrochait.

 

La phase finale fut de provoquer la mort par le truchement d’un accident de voiture : on m’a occulté la vue et les autres sens le temps de traverser une chaussée. La voiture fut détruite. Plus de deux ans plus tard, le vendredi 1er décembre, on a encore tenté de me tuer par le même procédé, mais, heureusement, ma voiture n’a été abîmée que d’un côté.

 

Les coups de téléphone ont également recommencé, malgré le fait que j’avais pris un numéro privé…Une nuit, très angoissée, j’ai bu un verre d’eau avec le sel que vous distribuez à la sainte messe : mon angoisse s’est estompée, alors que je priais intensément. J’ai alors, connu un véritable état de bonheur durant deux heures et me suis rendormie paisiblement.

 

J’ai été sauvée par la prière. Je prie Dieu, qui est quand même le plus fort, et ne laisse pas tous les pouvoirs à Satan ou à Lucifer.

 

J’ai, aussi, eu la chance de vous connaître et de pouvoir être libérée de cet envoûtement.

 

Vous avez mis en jeu tous vos dons d’exorcisme, de guérisseur des corps et des âmes, et cela de manière gratuite. Je vous remercie pour ce que vous avez fait pour moi, et pour toutes les autres personnes qui souffrent.  

 

Régine Maniago, Charleroi.

  

Cela va mieux…

 

Cela fait un an que j’ai fait votre connaissance et je vais beaucoup mieux. Mon eczéma se stabilise et j’ai même pu diminuer la dose de cortisone qui m’était prescrite.

 

La réconciliation de mon couple que je désirais tant, il y a un an, ne me préoccupe plus autant : je préfère laisser faire les choses, car, avec le temps qui passe, je me rends compte de certaines choses.

 

En écoutant vos homélies, je vois donc la vie d’une manière plus enrichissante et moins angoissante.

 

Il est vrai que si la population pouvait retrouver la vraie foi chrétienne, les consciences se réveilleraient et le respect serait à nouveau à l’honneur.

 

Une petite remarque pour terminer : j’habite à côté de l’église de Pont-à-Celles et peux vous dire que très peu de gens se rendent encore à la messe… 

 

 

Anne-Marie D., Pont-à-Celles.

 

 

Suivre le bon chemin

 

À chaque jour suffit sa peine et chaque année terrestre nous apporte son bagage de sagesse, qui nous permet de nous préparer à paraître devant l’Éternel.

 

Cette affirmation est un état d’esprit qui résulte d’une guérison, la mienne, celle d’un homme qui maintenant, et depuis sa rencontre avec un vrai berger, vit pleinement sa foi. 

 

Ce que j’entends par guérison, c’est celle qui se doit d’être la plus belle, la plus importante, celle de l’âme. Aucune guérison ne peut atteindre ce degré de bien-être, cette Paix Divine qui engendre pour le moi affectif et relationnel, c’est-à-dire le psyché -plus clairement dit notre âme- une parfaite perception de la portée des vertus théologales (la foi, la charité, l’espérance), où cette attirance pour le bien dans le combat incessant pour que nos pensées, paroles et actions puissent rester en parfaite symbiose avec la parole originelle du Christ. Si j’ai déposé ma valise pour prendre mon « balluchon » et mon bâton de pèlerin pour suivre le bon chemin, c’est à vous que je le dois.

 

Oui Mon Sire, à vous, vrai apôtre et guide spirituel pour la Gloire du Christ.Je vous dédie ma méditation suivante : 

 

Rester jeune à tout âge,

C’est ne pas mesurer la vie sur terre avec le poids des ans,

C’est laisser venir les printemps,

Qui prennent leur allant

Au gré des leçons tirées d’un enseignement

Qui nous préserve de tout vieillissement,

Et ainsi assure l’élévation de nos âmes

Au-delà du firmament

Pour enfin jouir des joies d’un Paradis Céleste

Où il n’y a que bonheur et tendresse

Pour une éternité sans tristesse.   

 

 

 Arnold Geirnaert, Ransart.

 

Plénitude et grand calme

 

J’ai acquis votre dernier ouvrage « Père Samuel, notre dernier recours ». En rentrant, je l’ai simplement déposé sur une table du salon dans l’attente de le lire. Le lendemain, ouvrant la porte du living, j’ai ressenti en voyant ce livre, une plénitude, un grand calme, un bien-être aussi bienfaisant que le meilleur des parfums !

 

Ce jour-là, j’avais besoin de dialoguer avec vous, et c’est donc tout naturellement que je me suis mis à dévorer ce magnifique ouvrage.

 

Depuis, chaque jour et sans exception aucune, avant de regarder la télévision, j’en parcours la table des matières et m’attache à lire les fortes prières dont le thème me rassure après ces journées semées d’embûches.

 

J’ai eu l’occasion d’amener ma petite-fille de 7 ans à votre messe toute puissante. Elle était pressée de vous rencontrer, suite à la lecture du livre. Vous l’avez fortement bénie, elle a reçu l’Eucharistie et son godet de sel béni. C’est certainement le plus beau cadeau que je pouvais lui faire…

 

C’est une chance exceptionnelle que de vous connaître, de savoir votre présence à nos côtés, votre bienfaisance et votre totale disponibilité.

  

 

Robert Crahay.

 

Un réel apaisement

 

Depuis ma visite chez vous, j’ai trouvé un réel apaisement. Et quand l’angoisse frappe à ma porte, je repense à vos conseils, à votre bénédiction au nom du Christ, et tout s’apaise. Une lumière, tout au fond de moi, me dit que les choses vont s’arranger pour le mieux. J’ai confiance.

 

Je me rends souvent en Israël, mais, dans votre maison, j’ai vécu l’Évangile avec authenticité. Je me croyais sur les bords du Lac de Tibériade. Je lis divers livres qui vous sont consacrés, m’efforçant d’être meilleure chaque jour. Ce n’est pas toujours facile…

 

En vous remerciant de tout cœur, en vous souhaitant force et courage dans votre sublime apostolat, je viens vous confier mes faiblesses, ma bonne volonté, mes erreurs, mes espoirs.

  

Ergot-Minne, Bruxelles.

 

 

Merci pour vos conseils !

 

Début juillet, un inconnu a mis le feu à une extrémité de notre propriété, notre maison est entourée d’arbres. Le feu a été mis à l’aide d’une bouteille d’essence, vers deux heures du matin.

 

La gendarmerie ne comprend pas comment le feu a tout brûlé sur environ 3 mètres et puis s’est éteint tout seul.

 

J’ai consulté un radiesthésiste qui m’a dit que « le feu avait été mis chez moi, qu’il s’était éteint tout seul et que c’était mystique ». Je dois dire qu’il y a presque un an, que je vous ai rencontré suite à un problème familial. Nous avons tous trouvé chez vous un soutien, une force qui nous aide à supporter nos problèmes et même à croire en l’avenir.

 

Suivant vos conseils, nous avons mis de l’eau et du sel bénis à l’endroit où l’on a bouté le feu. Nous sommes certains que ce sel et cette eau ont empêché la propagation du feu ! 

  

 

Liliane Chapelle, Sart-Dames-Avelines.

 

Guérison et bonheur 

 

Tout d’abord, vous m’avez guérie d’une grave maladie, vous m’avez littéralement arrachée à la mort. Tout en étant très croyante depuis mon enfance, j’étais arrivée au point de perdre la foi. Je n’avais jamais entendu parler de vous, jusqu’au jour où un habitant de Binche me conseilla de vous consulter.  

 

Nous n’oublierons jamais ce jour, le mercredi 16 décembre 1992 : c’est le jour de notre bonheur ! Des miracles ont été accomplis autant pour mon mari et moi, que pour nos enfants. La paix est revenue dans notre maison. Nous n’avions jamais côtoyé quelqu’un d’aussi bon, généreux, simple, gentil et qui n’a pas peur de dire toutes les vérités en face.

 

À nos yeux, vous n’êtes pas un simple curé, mais un saint, vous êtes l’incarnation de Notre Seigneur Jésus-Christ.  

 

 

Marie-Anne Coqueriaux, Vezon-Tournai.

 

 

Comme le Christ

 

Les prêtres actuels n’ont plus rien de la religion du Christ. Vous, vous êtes comme le Christ : vous faites le bien et des miracles. Nous avons de la chance de vous avoir.

 

Je vous demande de prier pour être définitivement guérie de mes angoisses.

 

Il y a longtemps que je n’avais plus pu vivre en toute quiétude chaque moment que Dieu me donne. J’ai eu un infarctus du myocarde : le cardiologue m’a dit que j’avais eu de la chance d’y survivre. Récemment, j’ai glissé et suis tombée dans les escaliers. Bilan : 31 points de suture à la tête, mais, ici, j’aurais pu me tuer.

 

Merci pour vos miracles !  

 

Viviane Demoulin, Bruxelles. 

 

Regain de foi

 

Puissiez-vous encore longtemps nous soutenir et nous redonner le goût de la foi du Christ.Rien n’allait plus à la maison, mais, suite à notre visite chez vous et le fait d’avoir assisté à votre messe, très touchante, nous avons constaté une amélioration. Mais, continuez à nous aider, car d’autres problèmes surgissent…  

 

 

Catherine Maudoux, Vaulx-Chimay.

 

Bénédictions célestes

 

Depuis près de trois ans que nous avons l’immense joie de vous connaître, grâce à Dieu, vous nous avez fait bénéficier, mais plus particulièrement à moi, des bénédictions célestes suivantes : j’ai retrouvé la foi de mon enfance, vous avez chassé la colère et la nervosité, vous avez ramené la patience, la persévérance, le courage et la volonté de bien faire.

 

Après la bénédiction de notre demeure, le calme y est revenu. Je prie chaque jour, je reçois le corps du Christ chaque dimanche, je fuis le mensonge et je combats les ennemis de mon âme.

 

J’ai été guéri, avec l’aide de Dieu, d’une tumeur cancéreuse à la prostate. J’ai été converti à la Sainte Bible grâce à vos homélies, vous avez rendu la paix à mon âme. Je n’ai plus d’angoisse.

 

Que votre saint ange Raphaël continue à vous guider et à vous protéger contre vos nombreux ennemis.

 

 

Marcel et Georgine, Fleurus.

 

Un être exceptionnel 

 

 

En venant chez vous, j’ai rencontré un être exceptionnel, hors du commun, un être divin reliant la terre au ciel, sans compromission, sans marchandage, dans la vérité.

 

Vous êtes d’une grande pureté de cœur et d’esprit. Vous avez une foi chrétienne authentique et communicative. À travers vous, j’ai rencontré Jésus.

 

Vous m’avez appris à accepter l’inacceptable, à pardonner. La douleur du pardon a non seulement cicatrisé mes plaies, mais elle a fermé la porte à ma mémoire meurtrie. Je ne souffre plus, je suis guérie.

 

Vos homélies, votre très grande érudition, votre ouverture, votre générosité de cœur et d’esprit, nous sortent d’une grande ignorance spirituelle.

 

On se sent bien à votre messe et par votre façon de vivre, vous nous enseignez la charité chrétienne, tellement prônée par certains membres de l’Église catholique, mais si peu mise en pratique.

 

Vous allez jusqu’à la limite de l’épuisement, vous êtes à la fois très proche de Jésus et, en même temps, des hommes. Ceux-ci, avec toutes leurs faiblesses et leurs défauts.

 

Voici quelques rimes, sans aucune prétention, que j’ai écrites à votre intention :

 

Qu’est-ce que l’herbe folle sans une pâquerette ?Qu’est-ce que le geai bleuté sans une collerette ?Qu’est-ce qu’un matin de mai sans la brise légère ?Qu’est-ce qu’une forêt sans l’odeur des fougères ?Sans vous, mon Révérend, vraiment que sommes-nous ?

 

Des brebis égarées à la merci des loups.  

 

 

Lucile Delfoge, Marcinelle.

 

Je n’y croyais pas…

 

J’ai la joie d’être parmi vous pour la troisième fois seulement. Combien je regrette de n’avoir pas connu plus tôt la maison du Seigneur… Je n’y croyais pas et pourtant…

 

Je voudrais, en toute simplicité, vous annoncer que mon épouse est complètement guérie, grâce à votre intercession. La médecine était impuissante et c’est en désespoir de cause, que je suis venu vous voir. Il s’est passé un miracle !

 

Albert Honoré, Presles. 

 

 Améliorations

 

Depuis que je vous ai rencontré, en septembre 1993, mon moral et ma maladie de la peau s’améliorent. Certes, il y a encore des moments de découragement…

 

Je m’approche de Jésus, car, en grandissant, j’ai souvent oublié de penser à Dieu. Mais, c’est vrai, ce n’est que quand on se trouve mal, que l’on repense à Lui.

 

J’ai vécu de nombreux et graves problèmes familiaux, étant même menacée de mort.

 

Chaque fois que je vous rends visite, je reprends courage et espoir. Je me réjouis d’assister à votre messe du dimanche.  

 

 

Anne-Marie, Pont-à-Celles.

 

 

Soulagement et sagesse

 

En plus de nous avoir éclairés spirituellement, de nous avoir aidés à guérir de différents maux, dont un cancer, à nous sortir d’un envoûtement (magie noire), nous sortons d’une existence déréglée.

 

Soulagement et sagesse progressent au fil de vos conseils et de vos bénédictions. Vous représentez beaucoup à nos yeux.  

 

 

Famille Mesure, Marcinelle.

 

Résurrection

 

Nous vous témoignons notre très grande reconnaissance, car sans votre sainteté, sans votre charisme, sans la puissance de vos prières, sans l’imposition de vos mains, sans l’onction de votre huile sainte, nous ne pourrions vous écrire ces mots. Merci de notre résurrection ! 

  

Famille Collet, Pont-de-Loup.

 

Heureux !

 

Je voudrais tout d’abord vous témoigner combien je suis heureux de vous avoir rencontré. Vous êtes quelqu’un sur qui l’on peut compter.

 

Depuis que je suis allé chez vous, il y a du changement dans ma vie.

 

J’ai retrouvé du travail, j’ai fait la rencontre d’une fille, je suis moins nerveux, moins précipité.Bien sûr, par moments, j’ai encore des angoisses, mais j’ai confiance.  

 

 

Alain Bourguignon, Frameries.

 

Moral et courage

 

Ma lettre est témoignage de reconnaissance et un appel au secours, en même temps.

 

Vous m’avez rendu le moral et le courage de me battre, alors que je me croyais condamnée après l’opération d’une tumeur cérébrale en début d’année. Vous avez apaisé, par vos prières, les douleurs post-opératoires très violentes suite à une intervention à la colonne vertébrale. Vous avez, encore par vos prières, aidé la compagne de mon fils à accoucher dans de bonnes conditions. Merci pour tout cela !

 

Malheureusement, de graves problèmes familiaux viennent de surgir : priez encore pour nous ! J’espère que Dieu les entendra. Il faut empêcher le démon de nous détruire.

 

Claire, Plancenoit.

 

 

0 Comments
Leave a comment

To top