Headline title

You can write any description here or delete if you dont want to use this

 

Correspondance adressée à Monseigneur Huard († 2002),
ancien évêque de Tournai

 

♦ Ragots et jalousie 

Grâce au Père Samuel, nous avons retrouvé la foi et la paix à la maison. Nous tenons à vous dire, que ce saint homme, d’une extrême bonté, est disponible d’une manière désintéressée, qu’il apporte la paix, la réconciliation entre les époux déchirés, la sérénité dans les familles, c’est pourquoi nous vous demandons de ne pas écouter les ragots des gens jaloux. 

Nous avons besoin d’hommes comme le Père Samuel et, croyez-nous, nous sommes très nombreux à ses côtés et à le soutenir, quoi qu’il arrive. 
 

M. et Mme Sangermano, Souvret.

♦ Stupéfaction 

Nous sommes stupéfaits de la persécution que vous menez à l’encontre du Père Samuel. Ce prêtre est dévoué au peuple et prêche la vraie foi, celle du Christ. Nous savons que tout se modernise, mais ce n’est pas une raison pour le condamner. 
 

M. et Mme Culot, Saint-Gérard.

♦ Une vie exemplaire 

L’Inquisition aurait-elle refait son apparition? Que peut-on reprocher au Père Samuel? Son dévouement? Sa foi? Sa pureté? 

Savez-vous que je ne connais aucun prêtre dont la vie soit aussi exemplaire, dont le charisme est aussi grand et les prières aussi puissantes? 

Un seul de vos prêtres, peut-il en faire autant? Ou seulement un dixième de ce que fait le Père Samuel? Il est le Christ sur terre! 

Craignez que l’Histoire ne vous assimile aux Pharisiens si vous écoutez les langues fourchues déverser leur fiel mensonger… 

Puisque le mensonge a sonné à votre porte, Monseigneur, voici la Vérité qui y vient à son tour, à vous de lui ouvrir afin que ce jour ne voit pas de scandale. 
 

C.Dalebroux, Couillet.

♦ Croisade contre le mal 

Le Père Samuel est très aimé et entouré car son aide est précieuse à beaucoup d’entre nous. C’est au nom de tous ceux qu’il aide et sauve quotidiennement, que je proteste énergiquement contre votre décision de lui couper les vivres. 

Le Père Samuel incarne pour nous le prêtre dans toute sa beauté et la dureté de son apostolat. Dans sa croisade contre le mal, il ne compte pas que des amis et c’est normal. Notre Seigneur a aussi rencontré la haine… 
 

Roger Ligot, Thiméon.

♦ Jalousie 

Je vais avoir 14 ans, j’ai toujours suivi des cours dans des institutions catholiques: jamais on ne m’a enseigné qu’un homme de Dieu pouvait en haïr un autre comme vous le faites. 

Le Père Samuel est devenu mon ami, depuis que je le connais je me sens renaître, j’ai l’impression que je deviens plus grande et que je suis propre. 

Il m’a offert le plus beau cadeau qui soit: celui d’élargir ma foi. Je ne suis plus jamais seule ou triste depuis qu’il m’a fait connaître le Seigneur. 

Qu’a-t-il bien pu faire pour que vous le détestiez autant? 

Moi, je crois que vous êtes jaloux de lui parce beaucoup de personnes l’aiment et trouvent le chemin grâce à lui, parce qu’il a toujours la réponse à nos questions, parce qu’il nous parle de Jésus… 

Je vais prier pour que Dieu vous pardonne. 
 

Alexandra Berchem, Braine-L’Alleud.

♦ Un soutien mondial 

Depuis mars 1989, j’ai recouvré la foi grâce à un ministre intègre, un réel successeur des apôtres Pierre et Paul. En lui, la force et l’amour du Seigneur agissent. En lui, nous reconnaissons le vrai pasteur. 

Dans mes difficultés familiales, le Père Samuel m’a guérie de mes défauts ou vices. J’ai retrouvé la vraie raison de mon existence ici-bas: celle qui dirige tous mes faits et gestes, mes paroles et mes silences en tant que mère, épouse et enseignante. 

Jamais, je ne pourrai assez le remercier de m’avoir sauvé la vie… éternelle! Après avoir rencontré maints religieux, un seul s’est révélé un «vrai» serviteur de Dieu, aimant et pauvre comme le Christ. Par le Père Samuel, nous aimons le Christ. 

Comme les apôtres, il ne se lasse pas de nous réconforter dans notre détresse physique ou (et) morale, il ne cesse de convertir en prêchant les Saints Évangiles en paroles et par son exemple de vertu. 

Nous recevons par son intermédiaire, l’Esprit de Dieu qui l’anime lui-même. C’est avec élan et ferveur que le Père Samuel nous instruit et nous fait goûter aux effets de la Grâce. 

L’entrée à la vie éternelle se fait par la porte étroite et assurément, cette porte est plus étroite pour lui que pour la plupart des ministres de votre église humaine et non plus divine, qui se dérobe même quant à la distribution de la Sainte Eucharistie par manque de foi aux paroles du Christ. 

Dans tout cela quelle est sa faute si ce n’est de ressembler encore plus à Jésus-Christ?

Je m’étonne qu’en tant que successeur direct des apôtres au même titre que le Père Samuel, vous usiez du droit de lui couper les vivres. Votre geste est incompréhensible et véritablement injuste sous un double aspect: 

1. Du point de vue social vis-à-vis d’un citoyen belge. 

2. Du point de vue religieux vis-à-vis du septième commandement de Dieu. 

Nous sommes tous scandalisés par vos agissements. Soyez certain que des milliers et des milliers de familles le soutiennent de par le monde. 
 

Monique Sottiaux-De Mey, Frasnes-lez-Gosselies.

♦ Le monde à l’envers! 

C’est le monde à l’envers! 

Quoi! Un dignitaire de l’Église, un responsable hiérarchique, laisse un de ses prêtres auxquels il doit assistance et protection, manquer du nécessaire pour vivre! 

Êtes-vous conscient qu’avec cette persécution supplémentaire, vous vous rangez aux côtés des ennemis de Dieu qui ont déjà tellement fait souffrir ce digne représentant du Christ? 

Sachez, Monseigneur, que l’apôtre que vous condamnez ainsi au froid et à la faim, à la maladie si ce n’est à la mort, a opéré ma conversion, c’est lui qui a su intéresser et éveiller mes deux filles Anna Barbara, 16 ans, et Alexandra, 14 ans, à la religion chrétienne. 

Nous avons besoin du Père Samuel car il est notre confesseur et notre guide spirituel. 

Sachez également que nous sommes des milliers rassemblés auprès du Père Samuel, car il guérit nos âmes, élève nos cœurs vers Dieu et fortifie notre foi. Il donne un sens à notre vie, nous réconforte dans l’épreuve tandis que vous, Monseigneur, et vos semblables en col et cravate -sauf aux cérémonies officielles- vous n’êtes plus utiles à personne. 

En effet, vous êtes démotivés, avez démissionné, avez désacralisé les Lieux Saints, avez désinformé le peuple et avez rendu désertes vos églises désespérément, et bientôt, à votre grande satisfaction, il n’y aura plus que des chaises vides pour vous faire face. 

Sachez pour finir, Monseigneur, qu’à la première alerte concernant la santé de ce saint homme qu’est le Père Samuel, je remuerai ciel et terre afin de témoigner de votre responsabilité par manque de charité chrétienne à son égard. 
 

Danielle Foerster, Braine-L’Alleud.

♦ Hérode et Ponce Pilate ne sont pas morts! 

Père Samuel est de ceux qui osent appliquer l’ordre du Christ: «Que ton oui soit un oui et que ton non soit un non», parce que le Christ est tout l’orgueil et l’Amour de sa vie ici-bas. Le Père Samuel l’a prouvé jusqu’au martyre et vous n’êtes pas sans le savoir bien sûr. 

Monseigneur, qu’avez-vous fait de votre «oui» à Dieu? Où sont vos vœux d’obéissance et de soumission à l’Amour, enseignés par le Christ lui-même? 

Qu’est-ce pour vous que la conversion? La charité dont parle saint Paul? 

Par votre geste, vous me laissez penser que décidément ni Hérode ni Ponce Pilate ne sont morts et que ces rôles de prélats vous flattent humainement au point de vous faire oublier que le Christ nous a laissé ce très fameux commandement: «Aimez vos ennemis» (Saint Luc VI). 

Si le Père Samuel et un ennemi pour vous, où est votre «oui» à Dieu? Êtes-vous conscient que si vous avez tous les honneurs d’un dignitaire complaisant, le Père Samuel, lui, ne reçoit que la noblesse de nos pauvretés et nos humilités? 

Oseriez-vous, comme le Père Samuel, ouvrir votre porte à chacun pour consoler les pauvres, relever les opprimés, appliquer exactement les Béatitudes, comme votre engagement vous dicte de le faire? 

Je peux vous dire que seul le Père Samuel a su réveiller, en chacun de nous, ce sens du sacré que la chrétienté actuelle laisse courir vers le paganisme le plus complet et la déchéance la plus immorale. 

Qu’avez-vous fait du Christ? Que feriez-vous si le Pape agissait de la sorte à votre égard? Où seraient votre confort, votre bien être social et mondain? 

Réveillez-vous, Monseigneur, tant qu’il est encore temps: remontez à votre cheminement intérieur lorsque vous avez choisi Dieu pour accomplir Sa volonté… Ou bien préférez-vous plaire aux hommes plutôt qu’à Dieu? 
 

Mme Elleboudt, Ohain.

Condamné sans être jugé 

Vous avez condamné un saint homme de Dieu sans le juger. C’est honteux de votre part! Où est votre conscience? Vous avez certainement écouté quelques fidèles calomniateurs ou quelques curés adultères jaloux du Père Samuel. 

C’est évident, il vous dérange, car vous, et vos semblables, avez perdu toute identité. Pourquoi cette haine diabolique contre un prêtre catholique comme vous et même plus apôtre que vous autres alors que vous êtes nourris, chauffés sans rien faire et avez abandonné le peuple de Dieu comme des brebis sans berger. Votre décision est dictatoriale face à un prêtre au service de son peuple. 

Nous sommes avec le Père Samuel, quand bien même nous ne sommes ni catholiques ni d’aucune religion d’ailleurs. 
 

Famille Bernard, Courcelles.

♦ Fière d’être chrétienne 

J’ai 16 ans. Je ne pense pas être une adolescente représentative de mon époque, puisque, grâce au Père Samuel, je suis fière d’être chrétienne. 

Dieu, pour moi, était un grand point d’interrogation, les cours de religion ne m’ayant appris que certaines règles de morale et la lutte pour des causes humanitaires. 

Depuis le choc salutaire de ma rencontre avec le Père Samuel, je suis émerveillée de la simplicité de l’existence de Dieu et je suis heureuse d’être membre du corps du Christ. 

Enfin un ecclésiastique en soutane, un religieux qui affirme haut et fort son appartenance à Dieu, son renoncement au monde. 

Si la Providence m’accorde un époux et des enfants, je juge le Père Samuel seul digne de sanctifier ma future union, de baptiser mes enfants et de les instruire des choses divines. 

Il est vraiment inconcevable que vous coupiez les vivres à tel homme! Réfléchissez, Monseigneur, nous sommes au XXe siècle, en pays démocratique, Staline et les régimes totalitaires ne sont plus de mise. 

De toute façon, quand vous sonnerez l’hallali, si je dois suivre le Père Samuel dans les catacombes, je le suivrai et je pense que nous serons très nombreux à le faire. 
 

Anna Barbara Berchem, Braine-L’Alleud.

♦ Cessez vos calomnies! 

Je vous écris pour vous dire que j’ai été scandalisée par la déclaration de votre secrétaire, Monsieur Mayence, faite à la télévision. Celui-ci a affirmé que les gens qui venaient chercher du réconfort auprès du Père Samuel, étaient après un certain temps, complètement déboussolés et perturbés. C’est complètement faux! 

Je me permets de vous parler du cas de ma fille, qui avant de connaître le Père Samuel ne savait plus qui elle était ayant été perturbée par un accident de voiture, il y a trois ans. 

Mon enfant a perdu un œil et a subi un choc émotionnel intense. Après avoir consulté plusieurs psychologues, elle n’a repris confiance qu’après avoir rencontré le Père Samuel. Alors, cessez de dire des calomnies à son sujet! 

Savez-vous qu’il faut avoir un moral bien trempé pour écouter et réconforter tous ces fidèles qui viennent chercher chez lui la paix et la sérénité qu’on ne peut plus obtenir auprès des curés de notre paroisse. Je vous signale que ma fille n’a jamais voulu faire sa communion à cause d’un ecclésiastique de l’église Saint-Joseph, tant il était antipathique. 

Ma fille, 18 ans, commence à découvrir ce qu’est la prière grâce au Père Samuel. Il est venu bénir notre maison: depuis ce jour, la paix et la tranquillité y règnent. 
 

Mme X., Gosselies.

♦ Figuier maudit 

Sachez, Monseigneur, que plus vous persécutez ce saint homme de Dieu qu’est le Père Samuel, plus nous, ses fidèles, resserrons les rangs autour de lui et faisons des émules. Nous sommes des milliers de soldats du Christ et le Père Samuel est notre chef de file, notre exemple. 

Les modernistes dont vous êtes un digne représentant sont des hérétiques; votre nouvelle religion date de VaticanII, tandis que nous, grâce au Père Samuel, suivons la religion de nos ancêtres: nous comptons 2.000 ans d’histoire et 260 papes sont avec nous. 

Vous avez transformé l’Enseignement, vous avez ajouté ici, retranché là. Que Dieu vous fasse la guerre! Vous êtes le figuier maudit. Demain, vous n’existerez plus: vos séminaires sont vides. 

Vous devez verdir de jalousie car les séminaires de Monseigneur Lefebvre se multiplient et regorgent de candidats. Et pour porter à son comble votre hargne, ici même, sous votre nez, un saint, un apôtre du Christ rassemble une foule toujours grandissante autour de lui. 

Vous êtes aussi petit qu’il est grand, vous vivez la vie d’un prince de ce monde dans un palais, il vit pauvrement au service des autres dans une maison ordinaire. Vous vous habillez comme monsieur tout le monde, la soutane est l’étendard de sa foi et témoigne son amour pour Dieu. 

Je le suivrai jusqu’au bout. 
 

D. Foerster, Lillois.

♦ Une deuxièmes naissance 

À mes yeux, le Père Samuel est un saint qui ne peut qu’apporter le bien ainsi que son aide et son soutien aux personnes qui ont besoin de lui. Le connaître a été pour moi une sorte de deuxième naissance. 

Ayant été malheureuse pendant 10 ans avec mon époux (il ne travaillait pas, me battait, se méconduisait, me faisait vivre un éternel cauchemar…), c’est le Père Samuel qui est venu à mon aide, m’a donné la force de ne plus craindre mon époux, l’énergie pour le quitter et, enfin être heureuse avec ma fille de 6 ans. 

Je ne sais comment le remercier et lui exprimer toute ma reconnaissance pour tout le bien qu’il m’a apporté. 

Je suis donc indignée face à l’injustice, le mot n’est pas assez fort, dont vous l’accablez. Si vous êtes un homme de Dieu et de foi comme vous le dites, rendez au Père Samuel son dû! 
 

Marcelle B., Verviers.

♦ De tous les coins d’Europe 

Respectueuse de la hiérarchie et des valeurs morales qui m’ont été inculquées, je me permets de vous adresser la présente. 

Voici plusieurs années, j’ai fait la connaissance d’un prêtre qui m’a ramenée au sein de la communauté catholique que j’avais un peu délaissée. Il m’a réappris à prier, il donne la sainte messe dans un hangar vétuste qui doit être démoli, alors que les églises bâties par nos parents et grands-parents se vident de plus en plus, parfois converties en discothèques ou salles de réception. 

Pourquoi tant d’acharnement de votre part concernant le Père Samuel, contre ce saint homme de Dieu qui prêche la vraie foi de nos ancêtres, depuis saint Pierre jusqu’à Jean-PaulII? Pourquoi le clergé continue-t-il de dénigrer cet apôtre tellement méritant? 

Le Père Samuel, tant contesté, nous enseigne la foi, nous incite au jeûne et au partage. Il réveille notre conscience anesthésiée par tous les plaisirs futiles du monde actuel. Bienheureux d’avoir ce saint homme à disposition . 

S’il était ce que vous prétendez, viendrait-on de si loin (de tous les coins de Belgique, de France, d’Allemagne, même de Suède) pour lui demander son aide? 

L’église demande des prières, alors aidez ce prêtre généreux en étant vous-mêmes généreux à son égard. J’espère que la charité chrétienne existe encore. L’exemple ne vient-il pas d’en haut? 
 

Yvette Cotteaux, Roux.

♦ Révolte 

C’est avec peine et révolte que je vous écris ces quelques mots. Ma famille et moi avons recours au Père Samuel et je puis vous assurer qu’il n’a jamais été question de sommes d’argent. Je démens donc avec acharnement toutes les calomnies qui ont et pourront être faites à l’encontre du Père Samuel. 
 

M. Devilers, Anderlues.

♦ Pas de prêtres modernistes! 

Nous nous étions éloignés de Dieu et le Père Samuel nous a fait retrouver le vrai chemin en nous prêchant la véritable foi catholique. 

Nous ne voulons pas des prêtres modernistes qui ne nous écoutent pas. Le Christ, Lui, ne s’est pas modernisé! Nous voulons un prêtre présent et qui soit à notre service comme le Père Samuel. 
 

M. et Mme Di Santo, Souvret.

♦ Honte et jalousie 

C’est honteux de persécuter le Père Samuel comme vous le faites, car c’est un saint homme, un véritable serviteur de Dieu et vous en êtes jaloux. 

C’est grâce à lui que nous avons retrouvé la vraie foi, celle de nos ancêtres, alors que les prêtres modernistes vivent dans de belles demeures, sont chauffés, nourris gratuitement et touchent même un salaire… pour quoi faire? Et puis, comment reconnaître un prêtre dans la rue? Il est vêtu de jeans, polo, baskets. Et vous? Un évêque en blouson (cf. une photo parue dans la presse)! 

Les conséquences de ce modernisme? Les fidèles ne croient plus en vous, il perdent leur foi, les églises sont vendues pour en faire des discothèques (celle de Soignies, par exemples) ou des magasins. 

Heureusement que nous avons le Père Samuel qui est resté tel quel avec sa soutane, et nous enseigne la vraie foi catholique. Il n’a pas d’église mais une maison bondée de fidèles à la messe du dimanche. Nous serons toujours à ses côtés envers et contre tout. Nous en sommes très fiers. 
 

M. et Mme Di Santo, Courcelles.

♦ Un certain refus… 

Le 23 décembre 1987, je suis allé voir le curé de la paroisse de Luttre afin qu’il célèbre l’enterrement de ma sœur Marcelle. Ma sœur était catholique mais le curé a refusé prétextant qu’elle avait été mariée à un musulman turc, celui-ci étant pourtant d’accord qu’elle soit inhumée dans sa religion. 

Cette décision, en pareil moment de peine et de douleur, me poussa à réfléchir au sujet de ce curé… 

Ceci étant dit, sachez que c’est grâce au Père Samuel que j’ai retrouvé la foi. 
 

Jean-Marie Van Veerdegem, Pont-à-Celles.

♦ Avez-vous honte? 

Sommes-nous revenus au temps de Rome où les chrétiens étaient montrés du doigt et punis parce qu’ils clamaient leur foi? La soutane est-elle interdite de port? La foi en Dieu est-elle risible? Avez-vous peur d’être ridicule? Avez-vous honte de croire en Dieu pour cacher votre soutane dans un placard, pour cacher votre croix? 

Des jeunes, des moins jeunes et des vieux voient d’un mauvais œil la conduite de certains prêtres. Moi, j’ai foi en Père Samuel. 
 

Rosalia Marcelis, Montignies-sur-Sambre.

♦ Réconfort moral 

En 1983, je suis allée vivre avec un homme auquel je m’étais beaucoup attachée. Il avait trois enfants. Hélas, il a eu le grand malheur de perdre une fille de 16 ans dans un accident de voiture. Depuis lors, il s’est mis à boire. 

Face à cette situation, je suis allée chez le Père Samuel qui m’a réconfortée moralement. Quand je sors de chez lui, je ne suis plus la même personne. Je suis souriante et pleine de courage pour affronter les problèmes de la vie. 

Pour moi, c’est un saint homme. Je n’ai qu’un regret: celui de ne pas l’avoir connu plus tôt. 

À l’heure actuelle, je vis seule, mais l’aide spirituelle et morale du Père Samuel m’est précieuse. 
 

Mme S., Fleurus.

♦ Plus envie de vivre… 

Avant de rencontrer le Père Samuel, j’étais dans un état lamentable, tant physiquement que psychiquement. Je ne voyais plus aucune solution à mes problèmes et je n’avais plus envie de vivre! J’avais des problèmes financiers, professionnels, familiaux, de santé, de violence avec mon partenaire, c’est comme si j’étais entourée par le mal. 

Grâce au Père Samuel et à Dieu, je sors enfin du gouffre. Il m’a donné la foi, me guide et m’aide en prêchant l’Évangile. Je vis à présent chez mon père et le Père Samuel m’aide à surmonter toutes les épreuves et me guide vers un bonheur certain grâce à ses conseils et à son dévouement. 

Je vous assure qu’il n’a jamais été question d’argent avec lui, que du contraire, puisqu’il a voulu savoir si je m’en sortais financièrement. Depuis que je le fréquente, je vois les gens de son entourage de plus en plus épanouis et heureux. 

Comment vous, un homme de bien, pouvez-vous persécuter un autre homme aussi dévoué pour ses fidèles? Quel mal le Père Samuel fait-il à part vous déranger? 
 

Catherine V., Charleroi.

♦ Laissez-le en paix! 

Cessez de persécuter et de calomnier cet homme de Dieu. Jamais, avec lui, il n’a été question d’argent, ce qui n’est pas le cas des hommes en costume qui se réclament de l’église. 

Ouvrez les yeux, écoutez-le et vous reconnaîtrez en lui cet homme qui ne vit que par et pour l’amour du Christ. Comment osez-vous ainsi le juger, le calomnier, le persécuter, vous qui êtes loin de toute misère et malheur du monde? 

Laissez-le nous et laissez-le en paix! 

Le mal qui vous commande se dévoile dans votre fierté hautaine, dans vos calomnies, mensonges, sarcasmes et dans votre suffisance. Vous êtes le contraire d’un envoyé de Dieu! 

Nous sommes en paix avec Dieu grâce au Père Samuel. 
 

Jacqueline De Reuck, Bruxelles.

♦ Honnête et serviable 

Je suis scandalisée de la haine et de la jalousie que vous avez envers le Père Samuel. Pour ma famille et moi, c’est un prêtre honnête et serviable. Nous avons une totale confiance en lui qui vit dans la pauvreté. 
 

Évelyne Pierre, Gosselies.

♦ Foi et soutien moral 

Je trouve chez le Père Samuel une vraie foi en Dieu et un soutien moral. Je vous en supplie, ne faites pas cette erreur: rendez-lui son égliseLaissez donc le Père Samuel remplir son apostolat que Dieu lui a confié. J’espère que le Bon Dieu vous fera comprendre votre erreur à son encontre. 
 

Mme Labilloy, Marcinelle.

♦ Les véritables origines du christianisme 

Sans doute n’est-ce pas une réelle nécessité de payer le travail des prêtres, surtout si ceux-ci se dévouent pour la cause des plus pauvres, des plus démunis, des mal aimés, des délaissés, des déchristianisés, mais je vous ferais remarquer que, dans la société dans laquelle nous vivons, personne ne saurait vivre sans le moindre revenu. 

C’est vrai que le Père Samuel est peut-être un homme «déroutant» parce qu’il essaie de rappeler les véritables origines du christianisme et de faire réfléchir les hommes sur leur rôle de chrétien. 

Je vous demande, Monseigneur, de respecter la différence des autres et leur travail. Le fruit de ce dernier est une rémunération. 
 

Marc Van Bellingen, Courcelles.

♦ Arrêtez cette haine! 

Le Père Samuel nous aide, nous a rendu la force, l’enthousiasme pour mener notre existence quotidienne. Il prêche la vraie foi de nos ancêtres. Nous souhaiterions que s’arrête cette haine à son égard! 
 

Olga Chapeau, Thy-le-Baudouin.

♦ Un bon prêtre et un ami 

Chaque fois que j’étais assaillie par le découragement et le doute, le Père Samuel m’a fait trouver dans la foi un réconfort puissant

Quand je lui parle de mes soucis par rapport à mes enfants et à ma famille, il me promet que tout ira bien grâce à la protection de Dieu, grâce à la prière et je sais que lui-même par sa prière m’a obtenu beaucoup de bénédictionsJe considère le Père Samuel comme un apôtre de Dieu. 

J’admets qu’il est original par certains côtés, mais l’église catholique n’est-elle pas assez grande pour admettre en son sein une grande diversité? Nous espérons qu’il pourra continuer son ministère sous votre autorité. 
 

Mme Pirotte, Jumet.

♦ Obligation de réagir 

Je me vois dans l’obligation tant morale que spirituelle de réagir. Je n’ai pas eu une enfance très heureuse. De mes 5 ans à mes 15 ans, j’ai été placée par mes parents dans un pensionnat pour enfants abandonnés à Rixensart. Je n’ai plus revu mon père alors que ma mère venait, de temps en temps, me raconter ses aventures amoureuses, et me laissait dans la tristesse la plus profonde. 

Plus tard, j’ai rencontré un garçon que j’ai aimé. Ma mère est alors intervenue pour nous séparer. J’ai rencontré un autre garçon. Nous nous sommes mariés et avons eu deux filles. Mais j’étais battue et mon mari me trompait et me volait. J’ai supporté cette vie durant 10 ans. 

J’ai ensuite revu le premier garçon que j’avais aimé et nous nous sommes mariés. Nous avons eu un garçon. Hélas, mon second mari était alcoolique. J’ai à nouveau été battue, jetée à la rue… Je me suis réfugiée dans des maisons de femmes battues, mais je revenais chez mon mari car je l’aimais. 

À présent, je souffre du dos et des jambes. J’ai demandé de l’aide à un prêtre, il ne répondit jamais à mes appels. J’ai trouvé un certain réconfort dans la prière, mais cela ne suffisait pas. 

C’est mon mari, qui était très mal, qui a été voir le Père SamuelTout de suite, il a reconnu en lui un vrai prêtre. Il a dit qu’il était douceur, sincérité, pauvre, généreux. À son retour de chez le Père Samuel, mon mari était transformé! 

Il était bien, serein, il m’a embrassée en disant qu’il était heureux et qu’il n’était plus le même homme. Depuis lors, il ne boit plus. Cela fait plus d’un an. J’ai été en sa compagnie chez le Père Samuel et je me suis sentie mieux. Il m’a redonné de l’énergie et de la force. J’y suis retournée avec mes enfants. 

Monseigneur, je vous en supplie, redonnez les droits auxquels le Père Samuel peut prétendre. Il est bon. Respectez l’Évangile et rendez-lui son traitement: on ne laisse pas un serviteur de Dieu dans la misère! 
 

Mme P., Nalinnes.

Une lettre du mari de Mme P. accompagne ce témoignage: 

Comme ma femme, je n’ai pas eu une enfance heureuse. Je suis devenu alcoolique. Je ne dormais plus, je pleurais tout le temps, j’étais mal dans ma peau, je ne travaillais plus… 

J’ai été chez le Père Samuel, c’est comme si je l’avais toujours connu: un prêtre comme dans mon enfance! 

Aujourd’hui, je ne bois plus et ma vie a complètement changé. Je suis bien dans mon foyer, avec les enfants, dans mon métier, j’ai à nouveau de très bonnes relations avec tous les habitants… 

♦ Une ignoble exclusion 

J’ai vu l’émission «Ce Soir» et entendu les justifications de l’abbé Mayence relatives à l’ignoble exclusion du Père Samuel. «La charité, dit saint Paul, est douce et bienfaisante. Elle ne fait de mal à personne». 

Ce n’est pas parce que les lois belges trop laxistes laissent aux différents cultes qu’elles rémunèrent le soin d’exercer librement leur autorité, que l’État peut dispenser leurs représentants de l’impérieux devoir de porter aide et assistance à tout citoyen qu’ils ont eux-mêmes jeté à la rue, a fortiori si c’est un véritable apôtre du Christ! 

Il y a des scandales qui crient vengeance! Tous les chrétiens devraient avoir leur mot à dire dans l’élection d’un évêque. Ce serait le plus sûr moyen de ne pas tomber sur un dictateur. L’élu devrait être avant tout un homme de cœur! Peu importe qu’il soit théologien, il n’arrivera jamais à la cheville de Celui qui s’est déclaré être «la Voie, la Vérité et la Vie». Les humbles, dépourvus de toute fatuité, sont plus admirables que quiconque. 

De même que ce n’est pas l’habit qui fait le moine, ce ne sont ni la mitre ni la crosse qui font nécessairement l’évêque, pas plus que ce ne sont là des signes de sainteté évidents. 

Croyez bien que nous sommes de tout cœur avec le Père Samuel! 
 

M. Hunin, Tarcienne.

♦ Une redoutable simplicité 

Pour ne pas m’étendre dans diverses considérations inopportunes, je vous dirais que pour moi le Père Samuel vit son sacerdoce conformément à la redoutable simplicité de l’enseignement du Christ et qu’il fait l’honneur à Dieu, à l’humanité et à son Église

Cette lettre volontairement courte mais forte de l’espoir que vous voudrez revoir vos mesures et que j’aurai la joie d’apprendre que le message aura été reçu. 
 

D. Brognaux, Gosselies.

♦ Charitable et chaste 

Nous osons espérer que le Bon Dieu et la très Sainte Vierge sauront vous éclairer et vous conseiller, afin que vous puissiez très bientôt rendre son culte à ce prêtre charitable et chaste qui n’a d’autre défaut que d’aimer ses semblables et de vouloir soulager leurs souffrances morales et physiques par la prière
 

M. et Mme Cugnon, Hour.

♦ Maison de Dieu et supermarchés 

Nous désirons vous dire que le Père Samuel est plus préoccupé par la solution à donner aux problèmes spirituels et moraux de ses fidèles, qu’il n’a le temps de parler de lui personnellement comme le font tant d’autres prêtres. 

Il n’y a pas d’heures d’ouverture à son église… Combien de fois ne nous sommes-nous pas trouvés devant une église et une porte fermées car, il y a des heures d’ouverture «à la Maison de Dieu»… comme aux supermarchés! Chez le Père Samuel, la porte est toujours grande ouverte. 

Quels sont les reproches que vous lui adressez? Sa disponibilité? Savoir prendre le temps d’écouter? Savoir nous réconforter par ses paroles? Porter la soutane? Est-ce un problème racial qui se soulève? 

Pour nous, simples fidèles, le Père Samuel est universel et n’a pas de nationalité. Il est dommage de remarquer que nous faisons un bond en arrière de 2.000 ans. Quand je lis la Bible, il est dit que l’envoyé de Dieu, son Fils, a aussi été chassé et même crucifié parce qu’il disait la vérité. 
 

M. et Mme Penazzo, Saint-Gérard.

♦ Père Samuel, Abbé Pierre et Sœur Emmanuelle 

Pour une fois que nous détenons dans notre entité un prêtre de valeur, humain, sachant écouter, réconforter, apaiser certaines tensions, aiguiller les jeunes, croyez-vous de bon augure cette stupide querelle? 

Le monde manque d’hommes de valeur comme le Père Samuel, qui ne ridiculise pas l’Église et les fidèles que nous sommes. Pour nous, s’attaquer au Père Samuel équivaut à ternir l’image de l’Abbé Pierre et de Sœur Emmanuelle. 
 

B., Courcelles.

♦ Bien-être et chaleur humaine 

Il y a un an, j’ai demandé au Père Samuel de venir bénir notre maison, ce qui a été fait la semaine suivant. Il nous a apporté bien-être et beaucoup de chaleur humaine. Je le rencontre souvent et il m’apporte énormément de réconfort. C’est un véritable apôtre de Jésus-Christ. 

Comment l’Église peut-elle persécuter un saint homme représentant la parole de Dieu au lieu de lui apporter son soutien moral et financier? 
 

Anne-Marie Gillain, Treignes.

♦ Un acte de conscience 

Je me suis mariée à l’église en 1963 et j’ai payé 2.500francs la messe. C’est honteux de payer pour bénir une union: Jésus le faisait gratuitement! 

Après le baptême et la communion solennelle de mes trois fils, j’ai commencé à dialoguer avec le curé de notre paroisse. Son salaire était supérieur à celui de mon époux: l’Église est devenue une industrie alors que les prêtres ne sont plus disponibles. 

Le cercueil de mon oncle, sous prétexte qu’il vivait en concubinage, n’a pu pénétrer dans l’église. Mais ce n’est pas tout! Mon fils aîné s’est tué en voiture: le prêtre n’est même pas venu nous rendre visite. Jésus, Lui, abandonna sa vie pour les hommes, tout comme le Père Samuel d’ailleurs. 

Tombée en grave dépression suite à la mort de mon enfant, c’est le Père Samuel qui m’a tendu les bras (j’attends toujours le prêtre de ma paroisse!). En sortant de chez lui, j’avais envie de crier ma joie et ma reconnaissance. Mon mari est également allé le trouver et en est ressorti tout aussi heureux. 

Je suis allée à la messe du Père Samuel: il y avait beaucoup de jeunes, alors que ceux-ci désertent les églises. Pourquoi selon vous? J’ai bien connu Monseigneur Cardijn, étant jociste. Lui était sur la bonne voie alors ne détruisez pas, par vanité, le peu d’idéal que quelques jeunes ont encore… 

Alors, faites votre acte de conscience au lieu de vous perdre dans des procédures inutiles et dégradantes pour l’Église catholique. Pourquoi priver le Père Samuel de son traitement? Est-ce cela la charité chrétienne? Même un chien dans la rue reçoit à manger. 

Allez-vous laisser un disciple de Dieu dans la misère? Il est grand temps de réagir. Mais, il est vrai que le Christ a dit que ceux qui parleraient en son nom seraient persécutés et qu’il y aurait beaucoup d’appelés mais peu d’élus. 
 

Nicole Massinon, Ham-sur-Heure.

♦ La Paix du Christ 

Ayant beaucoup de soucis, j’ai rencontré le Père Samuel. J’ai trouvé auprès de lui le réconfort et la Paix du Christ, grâce à sa disponibilité de tous les instants. 

Je ne comprends pas votre attitude à l’égard d’un prêtre que je considère comme exemplaire. Nous sommes tous avec lui car nous avons la chance de rencontrer en lui un saint homme de Dieu
 

M.B.

0 Comments
Leave a comment

To top